5 mois papillon-bonbon

Depuis deux jours, ma deuxième fille, mon petit papillon a 5 mois.

Petit papillon car elle est magnifique, pleine de vie et…butine pas mal pour ses repas !

5 mois déjà que nous avons la chance d’avoir cette deuxième puce à la maison. Parfois j’ai l’impression que mon coeur va exploser et parfois j’ai peur que ça soit ma tête même si comme je le disais dans mon dernier article, le rythme va mieux.

Un petit papillon tellement différent de sa “grande” soeur que cela m’a beaucoup déroutée au début moi qui pensait “tout savoir” pour un deuxième bébé. Ca a été tout l’inverse pour nous, j’ai été plus stressée pour ce deuxième bébé né par -25 degrés dans le grand Nord !

Petit papillon n’est pas une bonne buveuse de lait. L’allaitement m’a rendu chèvre puis le passage au biberon a été difficile également (ruines en biberons, tétines, laits et tutti quanti). Auj, on sent que rien n’est encore acquis mais on essaie de moins se crisper sur ses swings d’appétits et de courbes de poids assez importants.

A part ce gros hic petit Papillon est parfaite : calme, ultra souriante, tellement heureuse quand on s’occupe d’elle et fascinée par sa grande soeur. Elle pleure très rarement et joue des heures sur son tapis d’éveil. Du coup son autre surnom est aussi le petit “bonbon “.

IMG_9003

Et moi ? cela peut paraitre très bizarre mais j’ai encore beaucoup de mal à réaliser que je suis maman d’une deuxième puce. Parfois le w-e quand nous sommes tous les 4 en famille (mes moments préférés), j’ai encore vraiment besoin de me pincer !

 

Advertisements

On a traversé le pont ?

A l’étranger, sans famille ni amis proches, un deuxième bébé en 18 mois avec une naissance en plein hiver, on se répétait pour pas trop appréhender “on traversera le pont une fois rendus à la rivière“. Dicton de Gaspésie qui nous parlait pour  profiter du bonheur présent (un deuxième bébé à venir sans passage en PMA cette fois).

Et heureusement car le pont était au final une passerelle super étroite où nous pouvions marcher qu’à une jambe et à cloche-pied. Entre les températures extrêmes qui nous cloîtraient à la maison tous les 4, nos crèves à répétition, des beaux parents qui viennent squatter chez nous “les pieds sous la table” , un allaitement difficile auquel à suivi un passage au biberon encore plus houleux… on a mis du temps à la voir cette arrivée du pont ! Big up quand même à notre petite chouette qui n’est jamais tombée malade pendant cette période de grande fatigue et stress.

Puis depuis quelques semaines, il semblerait que tout s’adoucisse. Le printemps est là, mon petit papillon butineur boit mieux (même si elle reste de petit gabarit) et je n’ai plus les yeux rivés sur son poids. On se promène souvent et je commence enfin à profiter de mes deux filles. Ne plus allaiter me permet de passer plus de temps avec ma plus grande le soir et le w-e ce qui en fait me manquait beaucoup. La complicité qui grandit entre les deux est magnifique. Mon mari aussi est plus reposé et l’ambiance familial s’en ressent. Je recommence à penser un peu à moi aussi en me prenant deux-trois heures par semaine soit pour sortir avec des amis soit pour aller faire une activité sportive sans bébé.

Je me dis qu’il il est temps de profiter de tout ça au maximum avant la fin de mon congé. Je ne passe pas mes journées à faire le ménage, préparer des petites purées au babycook ni les repas du soirs, je n’allaite plus, je prends du temps pour moi quand je peux et du temps séparé avec chacun de ma petite famille et j’aime ça. N’en déplaise aux regards noirs que je me prends et à toute la pression sur le congé maternité qui règne ici (et qui continue de me faire souffrir quand même car du coup je me sens seule les journées), j’ai traversé un pont et maintenant je profite de la belle plaine en essayant de ne pas (trop) culpabiliser ;-).

 

http---upload.wikimedia.org-wikipedia-commons-0-0c-Rivire_Saint-Charles_parc_Chauveau_jul_2009

Et vous, arrivez-vous à profiter comme vous le souhaitez de votre congé maternité ?

Elle est arrivée

A 40 SA+5, ma deuxième fille est née ce mercredi 3 janvier. C’est 52,5 cm et 3,8 kg de bonheur. Un accouchement qui s’est passé on ne peut mieux pour moi et dont je me remets beaucoup plus vite. L’allaitement en revanche n’est pas évident comme pour petite chouette. J’aimerais pourtant tellement que ça marche mais pour le moment c’est un jour à la fois !

IMG_7476-2

C’est si léger et chaud un nouveau-né, j’avais déjà oublié. Bref malgré la grande fatigue, on essaie d en profiter à max. Je reviens bientôt donner des nouvelles.

Madame Chou

37 SA + 4 : Il est grand temps de se préparer

Après une première semaine de congé en mode procastrination me voilà réveillée et à fond dans les préparatifs au beau milieu d’une tempête de neige canadienne. Je la joue fée du rangement et organisation, ce qui n’est pas mon style habituel. Je ressens un réflexe de la femme qui prépare son nid pour recevoir son nouveau-né.

J’avais oublié tout ce qu’il fallait faire et surtout rassembler pour être prêts : à la maison, pour l’accouchement, pour l’hôpital ensuite pour bébé, papa et moi. On a plein de check-lists, j’enchaîne les lessives et les commandes dernières minutes sur amazon ou l’équivalent canadien.  Cette fois il nous faut aussi organiser la garde de petite chouette sans famille sur place. On compte sur nos amis et il me faut encore finaliser un calendrier des disponibilités des personnes en question avec téléphone et feuille de rythme de petite chouette. J’en ai un peu le tournis mais on avance. Puis ça vous me direz, c’est le côté matériel.

62671385f6a31a2b60c1be7d6cfcccc3

Sur le plan psychologique, on est prêts voire impatients. Dimanche matin, on a été à un atelier d’accouchement en cours particulier qui nous a remis dans le bain et aidé à savoir ce dont j’avais envie pour cet accouchement. Pas d’ambitions de warrior pour ce plan de naissance : j’aimerais me faire moins surprendre par la douleur au début pour essayer de faire avancer plus vite le travail (exercices de mobilité…) puis rendu à l’hôpital je souhaite avoir la péri mais peut-être à un dosage moins fort ou moins long histoire de pouvoir être plus proactive pendant la poussée. J’aimerais aussi que mon mari soit un peu plus proactif, je crois qu’il a bien compris 😉 Bien-sûr tout ça ce sont des souhaits et en bout de ligne, ce qu’on souhaite tous c’est un bébé en santé donc on verra bien ce qu’il ressort de tous ces désirs.

Une question encore pour moi : l’allaitement ? Je crois pas être prête à m’acharner autant que petite chouette. J’avais tenu 4 mois et que j’en suis fière mais ça m’avait dans l’ensemble pas beaucoup plu. Donc cette fois rien de prévu : j’ai finalement pas acheté de tire-lait électrique, j’ai juste des sous-tifs et des tee-shirts qui feront l’affaire au besoin au début. Alors on verra bien, tout va dépendre aussi de toi petite haricotte !

L’agitation semble porter ses fruits, le travail a tout doucement commencé d’après mon rdv d’aujourd’hui : col effacé à 30% et ouverte à 1. Ca devrait quand même me laisser encore quelques jours pour finir les préparatifs (voire quelques semaines si ça stagne à ce stade). Ici à Québec le dernier mois, on voit son médecin chaque semaine, je trouve ça agréable comme suivi. Alors le prochain rdv est dans 8 jours déjà.

Je vous laisse avec une petite photo de mon bedon pour celles que ça dit. bonne journée à toutes

IMG_7088

36,5 SA : un long congé maternité ça sera

Me voilà depuis lundi en congé mat’. J’ai pas eu l’occasion d’en parler plus tôt : mon contrat s’achève avec avec mon départ en congé mat’ (plus de financements). Un grand inconnu pour la suite pour moi à nouveau. Je m’explique.

Quand nous avons décidé de partir, nous avons fait nos derniers essais PMA en France. Je suis ensuite arrivée ici avec mon mari enceinte de 4 mois avec aucune idée de ce que j’allais faire comme travail près le job toxique que je quittais en France. 5 mois après la naissance, j ai trouvé un job dans l’organisme où je rêvais de travailler dans un nouveau métier pour lequel je n’ai aucune expérience.  En aout en plus, je suis promue avec le départ de ma collègue et depuis j’étais “à fond” avec ma haricotte dans le bidon.

Donc là on va dire que c’est un peu la douche froide. Je pensais prendre un congé de 5 mois (1 avant, 4 après) et revenir à mon poste mais ça ne fait plus partie des options. Mon mari en a encore pour minimum 9-10 mois ici.  Je me sens insécure à l’idée de prendre un si long congé pour ensuite rentrer en France et à nouveau prendre du temps pour emménager, trouver un mode de garde pour les puces, chercher un emploi… Autant l’année dernière, j’avais véritablement envie de prendre ce break de presque un an autant maintenant j’ai plutôt envie d’avancer dans ma carrière.

J’ai la chance de pouvoir toucher un congé pour cette si longue période car oui le congé mat est de 9 mois ou 1 an ici.  Ca relativise donc le pb sur le plan financier mais un an sérieux, suis-je folle pour trouver ça un peu long ? Un petit 6 mois, je dis pas mais là on dirait que ça m’attire pas.

Voilà les pensées qui me turlupinent. Cela dit depuis lundi, mon esprit est moins dans ces réflexions et est plutôt : repos, repos, repos. Je réalise que j’ai accumulé bcp de fatigues avec ce travail et ces réflexions récentes. Alors on va essayer de le prendre un jour à la fois et se dire que depuis le début cette expérience à l’étranger nous apporte pleins de bonnes choses alors y a pas de raisons pour que ça continue pas.

dessin-conge-mat-918x1024Et en attendant poupoule, un long congé maternité ça sera surement mais détends-toi ;-).

 

 

Cette grossesse / celle d’avant

34 SA aujourd’hui. Comment vit-on une grossesse quand c’est la deuxième fois ? Pour moi il y a pas mal de différences que ce soit le contexte ou le ressenti. Voici les principaux éléments que je vois :

  • Cette grossesse est naturelle  : après 2 cycles de 90 jours et avec une TSH à + de 50, un ovule a réussi à mûrir seul et une haricotte s’est implantée. Celle d’avant  a nécessité : un médecin, une interne, un biologiste, une acuponctrice, une endocrinologue, 1 infirmière, 3 échos de contrôles et des prises du sangs, du puregon, de l’ovitrelle, du jus d’ananas, de l’aspégic nourrisson…j’en passe ?
  • Cette grossesse est une surprise/ celle d’avant a été attendue 2 ans et demi.
  • Pour cette grossesse j’étais à plat au premier trimestre avec pleins de nausées/ celle d’avant : plutôt en forme mais par contre très stressée.
  • Pour cette grossesse, on a demandé le sexe du bébé / pour celle d’avant non.
  • Cette haricotte bouge beaucoup en faisant pleins de petits mouvements / petite chouette donnait surtout des coups plus francs et avait tout le temps le hoquet.
  • Pour petite chouette, j’ai commencé à mettre des pantalons de maternité vers 3-4 mois/ pour celle-çi au bout de quelques semaines.

097b35b456290440eb3b170537e01af7

  • Pour petite chouette, tout tournait autour de la maman “reposes-toi bien…”, “fais attention à toi…”/ Pour cette grossesse, tout tourne autour de petite chouette “attention, elle est encore petite”, “faites attention à ce qu’elle ne soit pas jalouse”, “tu ne vas quand même pas la laisser à la crèche pendant ton congé ?!”(j’hallucine sur ce dernier point, j en reparlerai)
  • Cette grossesse est ponctuée par les épisodes de Game of Thrones /  celle d’avant Breaking Bad
  • Pour cette grossesse, je suis inquiète de l’accouchement / pour celle d’avant je ne l’étais pas autant.
  • Pour cette grossesse, je vais arrêter de travailler à 36 SA/ pour celle d’avant j’avais arrêté à 18 SA (pour cause de déménagement à l’étranger).
  • Pour petite chouette, je lavais toutes mes crudités deux fois : une fois à l’eau et une fois à l’eau et au vinaigre blanc / Pour cette grossesse aussi.
  • Pour petite chouette, mon mari me faisait des massages du dos presque tous les soirs / Pour cette grossesse, il se couche le plus tôt possible et se lève la nuit lors des quintes de toux interminables de petite chouette.
  • Malgré la fatigue ressentie par cette deuxième grossesse, je ressens un  sentiment de plénitude à l’idée d’avoir une fratrie / avant je me sentais encore pas mal aigrie par le parcours PMA, la fausse-couche… Tout semble de plus en plus derrière nous maintenant.

Et ça n’est que le début, j’imagine que mes deux puces seront très différentes. Et vous, comment avez-vous vécu vos grossesses après la première ?

 

16 mois et 32 SA

Visite médicale 8ème mois aujourd’hui pour la haricotte :  le miracle continue, tout semble bien aller. A priori elle a la tête en bas, à confirmer à l’écho T3 qui aura lieu à 35 SA. Petite chouette quant à elle aura 16 mois dans moins de 10 jours et trotte partout.

IMG_6799

32 SA déjà : cette grossesse passe vite et si j’ai moins le temps d’y penser que pour petite chouette, je n’arrête jamais de m’étonner de cette petite haricotte qui s’est greffée dans mon ventre toute seule, sans rien qu’on lui demande et qui en plus continue de bien rester au chaud. J’ai moins de maux de grossesse que pour petite chouette pour le moment : problèmes d’acidité et de circulation sanguine,c’est tout. Ca vient aussi des cours post-accouchements que j’avais pris ici : pas mal de cours style pilates et gainages, je suis plus musclée du dos, fessiers et je vois bien la différence. Merci petite chouette, grâce à toi je suis plus musclée qu’avant !

32 SA et des poussières, ça voudrait dire aussi qu’il faudrait un peu commencer les préparatifs ! Petite chouette est actuellement dans une chambre minuscule et nous prévoyons de la mettre dans une vraie chambre, celle actuellement d’amis en lui aménageant un petit espace jeu et lectures (pour le moment son coin jeux est uniquement dans notre salon). Question est-ce qu’on en profite pour retirer le barreau de son lit ou pas ? J’ai envie car elle marche bien et sait descendre avec prudence et en même temps on a un peu peur pour notre tranquillité ! On est également attirés par le principe du lit Montessori (en gros juste un matelas et un sommier au sol comme sur la photo) mais idem difficile de savoir si elle s’y habituerait bien et si c’est le bon moment avec les changements à venir déjà pour elle.

 

pédagogie-montessori-amenagement-chambre-enfant-lit-bébé-montessori-matelas-sol-parquet-blanc-meuble-en-bois-scandinave-jouets-idée-amenagement-chambre-bébé-fille-e1490019445365-2

 

A terme, petite haricotte dormira avec sa grande soeur (après les premières semaines dans notre chambre), on veut les habituer à dormir ensemble car à notre retour en France, pas le choix, on retrouvera au moins un an ou deux notre appart urbain, très mignon mais de 63m2. Il faut donc qu’on voit comment aménager ça au mieux, sachant que quelques mois après, on refera le même travail pour notre retour.

En dehors du matériel, d’autres questions se posent : reprendre un cours de préparation à l’accouchement ? le premier nous ayant un peu fui des mains, ça serait bien qu’on se reprenne un moment avec mon mari pour se remettre dans le bain. J’espère être moins surprise par la douleur, avoir un peu plus de maitrise et un mari moins surpris aussi 😉

Petit à petit va se poser aussi la question de l’allaitement : J’y retourne y, j’y retourne y-pas ?! Après deux grossesses rapprochées, je me demande si j’aurais autant de persévérances et pourtant j’aimerais offrir aux deux la même chose.

Voici donc les questions qu’on se pose mais sur lesquels on avance pas bcp avec un quotidien bien rempli entre nos deux boulots et une petite chouette qui capte le maximum de notre attention entre ses découvertes, ses explorations (vider la poubelle, dérouler le papier toilettes…) et le début de la saison des méga-rhumes.