Le troisième trimestre : Comment faire avec ma petite chouette ? maman un peu perdue.

Me voilà bientôt à 30 SA. Comme pour petite chouette, je respire mieux depuis que j’ai passé le cap des 27 SA.  Bébé est viable et je ne stresse plus à cause d’un éventuel accouchement ultra prématuré.

La semaine prochaine, je vais commencer les cours de yoga prénataux un soir par semaine. Je ne suis pas très yoga mais l’idée de me prendre 1h30 par semaine pour me retrouver seule à penser à bébé 2 me réjouit. Il y a aussi une partie du cours destiné à la préparation à l’accouchement par les techniques de massages, respirations… Si je ne suis pas autant surprise par la douleur que la première fois, je pourrais peut-être m’en servir ! Autrement, ma grossesse se passe bien, ma haricotte bouge pas mal mais ne m’embête pas du tout. C’est le principal et j’essaie de me le rappeler au maximum et d en être reconnaissante.

Car à côté de ça, je ne suis pas très sereine.

Je crois que je le sentais depuis que je l’ai accepté mais mon nouveau job que j’ai commencé cet été est  presse-citron, me prend bcp d’énergies et me rend pas mal morne le soir. C’est le genre de job “coup de coeur” pour un organisme auquel je tiens et je crois mais qui n’a pas plus aucun moyen et tout le monde semble quitter le navire. Je m’y sens donc bien seule et démunie façe à l’ampleur des tâches et le conseil d’administration m’en demande bcp. Je ne sais plus trop faire la part des choses parfois je l’avoue. Peut-être que si ça continue il faudra que je demande au médecin un arrêt de travail plus tôt, j’espère ne pas en arriver là.

Ce qui me touche le plus, c’est que j’ai l’impression que cette nouvelle grossesse combinée à ce nouveau job trop prenant mentalement m’éloigne de ma petite chouette. Moi qui avait une complicité hors paire avec elle, aujourd’hui c’est son père qui l’a. Son père qui depuis mi-aout l’accompagne et la ramène tous les jours de la crèche car elle a eu une place à celle de son entreprise (c’est très loin pour moi d’y aller après mon job). Son père qui est bcp moins épuisé le soir (il n’est pas enceinte et a une bonne routine dans son job), a plus de patience avec elle, peut la porter longtemps et qui a bcp moins la tête prise par l’arrivée de Numérobis. Je sais que je suis chanceuse d’avoir un mari aussi impliqué. C’est vrai mais malheureusement ce que je ressens c’est surtout de la tristesse et l’impression de ne plus maitriser mon rôle de maman en plus de ne pas gérer mon nouveau job. Ca fait un peu bcp pour moi tout ça en ce moment : j’ai l’impression de ne rien maitriser et de “subir” un peu au jour le jour même si certains se passent quand même mieux que d’autres.  D’où mon absence sur le blog car je trouve ça difficile d’en parler alors que j’ai la chance d’attendre cette deuxième haricotte.  Alors même si je ne mise pas tout ça là-dessus, j’ai bien hâte de commencer le yoga. Et je crois que je vais essayer d’écrire un peu plus car je me sens déjà un peu mieux à la fin de ce pavé !

th-4

Namasté !

Madame Chou

PS : Si vous avez des conseils pour gérer avec bébé 1 l’arrivée de bébé 2, je suis très preneuse.

 

 

 

 

 

 

Advertisements

(Vie à l’étranger et grossesse) Retour de vacances : J’ai gagné le pari !

Me voilà de retour après 2 belles semaines de vacances en France. Première fois que je rentrais en un et demi de séjour au Canada. Ca fait du bien de bien manger, retrouver la famille et les amis à Lyon et à Paris puis d’aller en Bretagne, notre région préférée pour nous reposer au bord de la mer. Bien-sûr c’était aussi un peu un marathon d’autant plus avec l’annonce de l’arrivée de bébé 2 mais dans l’ensemble je suis revenue gonflée d’énergies par ces belles retrouvailles. J’étais toute émue de voir petite chouette faire ses premières expériences sur les plages que j’aimais arpenter déjà à son âge.

IMG_6471

Bien-sûr ça fait un peu bizarre de rentrer dans son pays et de ne plus avoir de chez-soi, notre appartement de Lyon étant loué. Avec mon mari, nous nous sentions un peu perdus en ne sachant plus vraiment non plus si nous préférions la France ou le Canada, les deux ayant des avantages et des inconvénients. En fait, comme nous sommes tous les deux diplômés bac +5, ça ne saurait pas difficile pour nous d’obtenir la résidence permanente ici. Bref mais c’est un autre sujet qui pourrait d’ailleurs faire l’objet d’un article. Revenons à nos moutons !

Nous sommes rentrés chez nous il y a quelques jours en forme et pressés d’aller à l’écho du deuxième trimestre qui avait lieu hier. L’excitation était à son comble car nous avons décidé de finalement demander le sexe du bébé. Principale raison : vivre une expérience différente par rapport à la naissance de petite chouette. J’avais aussi envie d’expliquer à petite chouette si elle allait attendre un petit frère ou une petite soeur. La veille je me suis mise à devenir très anxieuse en me disant que si ça se trouve j’oubliais le principal et qu’on pourrait nous apprendre que notre bébé couette aurait une anomalie ou quelque-chose de grave.

Verdict : tout va bien et nous attendons une deuxième fille :-). J’ai trouvé cette écho très émouvante et la nouvelle m’a autant surprise qu’à la naissance de petite chouette car je me suis toujours imaginée maman de garçons ! mais je serai une fière maman de deux filles, c’est promis. Quant à mon mari, il est très content aussi, sa place de mâle ne saura pas détroné pour l’instant! Il est juste un peu vexé car il avait parié sur un garçon et devra donc aller chercher les croissants demain (pour petite chouette, il avait bien deviné et me narguait beaucoup avec ça). J’appellerai donc cette petite la haricotte tant qu’elle est dans mon bidon, je trouve ça très exotique de savoir plus concrètement ce qu’il y a à l’intérieur !

Maintenant il reste à cette petite haricotte de rester bien au chaud le plus longtemps possible et de voir si elle pointera son nez en 2017 ou en 2018 (dpa française le 04 janvier, canadienne le 29 décembre :-)).

Bonne rentrée à vous tou(te)s (je ne crois pas bcp en des lecteurs masculins mais on ne sait jamais)

 

 

 

(MILK) Petite chouette a eu 1 an

Il y a maintenant 12 jours, ma petite chouette, mon empêcheuse de tourner en rond a eu un an.

IMG_6322

Un an pour moi c’est une étape, j’ai l’impression aujourd’hui de la connaitre, de la comprendre (enfin presque tout le temps !) et qu’un lien indestructible s’est construit. Un an, c’est peut-être aussi le temps qu’il m’a fallu pour me sentir pleinement maman et plus confiante dans ce rôle même si bien-sûr comme chaque maman je me cherche parfois et je doute. Il me semble qu’aujourd’hui on a trouvé notre rythme de famille, notre façon d’être parents, que ça nous correspond bien et que ça a l’air de bien lui aller à elle aussi. Nous avons nos petits rituels, certains classiques d’autres bien à nous que j’adore.

Petite chouette est toujours une petite fille très vive avec un caractère bien trempé ce qui nous rend fiers même si je vous cacherais pas que ça nous fatigue pas mal aussi parfois. J’ai l’impression qu’elle veut déjà souvent faire sa grande, elle qui est haute comme trois pommes : elle veut manger seule, manger les mêmes choses que nous, se débrouiller quoi ! et à côté de cela elle nous fait des câlins de dingos à nous et aussi à ses peluches dans lesquelles elle adore se rouler. Elle ne supporte pas bien d’être contrariée, on essaie donc de l’y accoutumer en douceur souvent, en nous nous énervant un peu parfois quand on est moins patients.

Petite chouette a déjà développé une forte sensibilité qui j’ai l’impression sera sa force et peut-être aussi sa faiblesse : une petite dispute entre nous et Mademoiselle se réveille, des grands éclats de rire et ça ça ne la réveille jamais. Je suis émerveillée par la clairvoyance des enfants. L’autre jour l’ancienne directrice de mon organisme est passée à la maison pour me former sur sa passation. Ca n’est pas quelqu’un que j’apprécie particulièrement même si elle travaille très bien, je la sens un peu fausse. Bref évidemment je ne lui montre pas particulièrement quand je travaille avec elle. Ma petite chouette, elle, n’a rien voulu savoir de toutes ses tentatives d’approches et de de câlins,  elle hurlait à chaque fois qu’elle s’approchait d’elle. Evidemment je me sentais un peu gênée et en même temps je me disais “t’as sûrement un bon feeling ma belle”. Ca n’est pas la première fois qu’une situation pareille se présentait…

Ma belle-mère nous demande sans cesse si petite chouette “arrête de faire de la résistance et marche enfin”, ce qui m’agace au plus au point, très maternel la grand-mère !  A chaque fois j’ai envie de lui répondre “non mais elle est heureuse, sourit et rigole tout le temps, c’est pas le plus important ?”. Je ne sais pas d’où vient cette idée que les enfants doivent absolument marcher à 1 an mais en tout cas je n’aime pas qu’on me pose la question de cette façon, maman louve moi ? pas qu’un peu !  On va bientôt revoir belle-maman car on rentre 3 semaines en France au mois d’août et bien je croise les doigts pour que ma petite chouette ne fasse pas ses premiers pas devant elle, tiens ! De toutes façons ça m’étonnerait je pense qu’il lui faudra encore un mois ou deux.

Sur ceux je vois souhaite un très bel été, bon courage à toutes les Pmettes qui vivent les pauses forcées du mois d’aout, à celles qui sont en attente de l’écho T1 et petite pensée pour celles qui doivent bientôt accoucher et dont on attend des nouvelles.

Madame Chou

 

Libérée, Délivrée ! Annonce faite, les vacances peuvent commencer

Adresse famille et amisDepuis quelques jours, j’étais extrêmement stressée à l’idée d’annoncer ma grossesse à mon employeur. Du coup je ne profitais ni de ma nouvelle promotion (que j’ai signé il y a seulement 3 semaines) ni de ma grossesse. J’avais la petite voix de ma mère dans ma tête qui me disait que j’aurais du le dire honnêtement avant de signer mon contrat. Oui ma mère n’est pas la personne la plus protectrice qui soit et elle m’influence encore bcp. Qu’à cela ne tienne, j’ai écouté ma petite voix qui me disait que ma vie personnel n’avait pas à influencer sur ma carrière. C’est quelque-chose qui est déjà assez difficile pour nous les femmes à gérer et encore plus quand on ne fait pas partie de celles qui arrivent à planifier leurs grossesses quand elles veulent. Ca n’a pas été facile à gérer et je redoutais pas mal la réaction de mon employeur. J’étais même prête à m’auto-justifier et me confondre en excuses en racontant un peu notre histoire personnelle (je sais on ne devrait pas!). J’ai eu l’impression d’être une vraie requin en cachant ce petit bedon en signant mon nouveau contrat. Et en même temps, avais-je vraiment le choix ? Je ne crois pas car j’aurais été très déçue si du coup je n’avais pas eu le poste, peut-être même que j’aurais moins apprécie mon congé maternité. Du coup j’ai signé le contrat et décider de ne pas raconter tout ça à ma mère non plus (facile elle est loin).

Tout ça pour dire qu’aujourd’hui j’ai été voir mon employeur pour un prétexte bidon, je lui ai finalement annonçé et ça s’est bien passé. Il ne m’a fait aucune remarque particulière. Il aimerait juste bien que je m’occupe de mon remplacement ce qui me parait pas la même à boire. 10kg de stress en moins tout à coup pour Madame Chou !  En fait quand j’y pense, tous les employeurs devraient réagir ainsi, non ? Il semble qu’au Canada ça soit quand même moins difficile qu’en France de faire ce genre d’annonces. J’ai une amie qui s’est faite embaucher pour un poste ici à 5 mois de grossesses. Alors que mes copines en France se sont souvent prises des remarques pas forcément méchantes mais souvent déplacées alors que f*** des remarques il devrait pas y en avait du tout !

Je ne sais juste pas trop si je pourrais reprendre à la fin de mon congé mat, ça dépendra de la santé financière de l’organisme. Mais bon on en est pas là maintenant je profite, je sors fièrement mon ventre, à moi les petites robes de grossesses, les 1 an de petite chouette samedi…et les vacances 🙂

robefemme enceinte

 

(Vie à l’étranger) Comment nous sommes arrivés au Canada Partie 2

Petite chouette naîtra au Canada, voilà où j’ai fini mon récit sur la partie il y maintenant quelques semaines (partie 1)  Je suis confiante sur le bon déroulement de cette grossesse peut-être parceque j’ai l’impression que les choix qu’on prend sont les bons. Suite à nos décisions, nous avons 4 mois devant nous pour tout organiser. Mon mari exerce en libéral et va devoir trouver un repreneur pour ses parts, nous sommes propriétaires et nous devons trouver des locataires en meublé, chercher une location de la France pour notre arrivée au Canada… Nous organisons tout par nous même çar mon mari a un contrat local pas un statut d’expat. Bref on ne s’ennuie pas !

busybusy boy

 

 

 

 

 

 

De mon côté, je trouve aussi un médecin de France qui effectuera mon suivi de grossesse là-bas. Bien-sûr pendant cette période, nous avons eu quelques coups de stress mais tout s’est bien déroulé, mon mari a pu revendre ses parts à un prix correct, nous avons trouvé des locataires charmants qui sont d’ailleurs toujours dedans et une sous-location pour notre arrivée au Canada. Il nous reste plus qu’à nous envoler !

C’est donc au milieu de l’hiver et au milieu d’une tempête de neige que nous sommes arrivés au Canada avec un bidon qui commençait à bien se voir pour moi (je suis arrivée à un peu plus de 4 mois de grossesse).

tempête

Mon mari a rapidement commencé à travailler et moi à m’occuper de notre installation à tous les 2, bientôt 3 !

J’ai découvert mon médecin de suivi de grossesse rapidement pour le rdv du 5ème mois. C’est un médecin de famille rassurant et très à l’écoute. Je me sens très bien suivie pour la grossesse ce qui me rassure beaucoup. Je commence rapidement aussi des cours de yoga prénataux pour m’occuper un peu car je me sens un peu seule quand même. Heureusement mon mari finit tous les jours à 17h, le rythme d’ici, et ça change tout. Décidément on a vraiment l’impression d’avoir changé de vies ! Viendra vite l’écho T2 qui se déroule à l’hôpital et se passe très bien.

 Au printemps je découvre un club de sport dédié aux femmes enceintes, femmes ayant accouché récemment qui viennent avec leur bébé et aussi avec des cours familiaux le w-e. Ca sera mon club gros-kif pendant toute ma grossesse puis tout mon congé maternité. En plus de ça il y a un café avec des supers smoothies, cappucino et sandwichs. Le genre de trucs qu’on apprécie bien quand on est fatigués ! Tout est fait pour rester prendre un bon moment avec bébé : jouets pour eux, chaises hautes, tapis, coussins et même tablier d’allaitement ! Bref j’y suis bcp allée et je compte bien y retourner pour cette grossesse dès mon retour de vacances. Autant je ne suis pas réjouie à l’idée de ré-accoucher ici, autant je sais que ce club est un fort soutien pour moi surtout quand on ne connait pas grand monde dans un nouveau pays, ça fait du bien de bouger et discuter avec d’autres personnes.

bougeotte

Petite chouette viendra au monde le jour de sa dpa en juillet. L’accouchement ne se déroule pas très facilement : travail très long de 36 h, tout va très lentement donc je dois patienter et souffrir avant d’être suffisamment ouverte pour la péridurale qui sera  pour moi salvatrice !  Puis je pousse longtemps (et pas très bien je pense !) et rien ne sort. A ce moment, une urgence arrive à l’hôpital et tout le personnel est mobilisé : une naissance de quadruplés à 27 SA ! Heureusement petite chouette est forte et patiente et attendra 4h qu’on vienne la sortir avec des ventouses, tout est bien qui finit bien, on a frôlé la césarienne. Mon mari m’annonce que c’est une petite fille, une petite chouette donc qui a la chance d’avoir la double nationalité franco-canadienne !

 

petite chouette

 

Et voilà l’histoire de notre arrivée ici. Beaucoup de changements pour nous et je dois dire que ça ne s’arrête pas depuis notre arrivée. On a vécu pas mal de moments de suspens pour le renouvellement de nos visas, certaines démarches administratives, l’avenir de nos jobs respectifs. Mais pour le moment tout se finit toujours bien alors on va croiser les doigts pour que tout continue sur cette folle lancée surtout pour notre deuxième haricot que je vais aller écouter demain pour la visite mensuelle avec mon docteur bienveillant.

A bientôt,

Madame Chou

(Grossesse et carrière) Semaine folklo et robe de la “win”

Aujourd’hui est un jour férié au Canada. Alors après une semaine pleine de rebondissements, je me prends un petit moment pour atterir.

Je vous avais parlé des difficultés que je rencontrais dans mon travail car mon poste risquait d’être supprimé à cause d’un manque de financements . Depuis un mois environ, la situation n’arrête pas de changer, on arrive pas à savoir si l’organisme va avoir de nouveaux financements ou non. J’avais trouver un autre travail mais au dernier moment ils ont recruté en interne. Bref je ne savais plus où donner de la tête! Cette situation m’a par contre beaucoup rapproché de la directrice de l’organisme, ça c’est le bon point. La directrice, c’est une passionnée et une mordue du travail, payée 35h/semaine pour en faire au minimum 50, celle qui te répond en vacances, le w-e, le soir…même quand elle est avec mari et enfants. J’avoue que ce genre de personnalités au travail m’intrigue toujours pas mal !  Ca me dérange pas de m’impliquer beaucoup pour ce que je fais pendant un moment si je trouve ça justifié, je l’ai déjà fait dans mon travail. Mais sur le long-terme, ça n’est pas une situation possible pour moi. Elle a vite compris d’ailleurs sans me le reprocher (heureusement!).

Bref mardi matin, quelle fût ma surprise quand elle m’a annoncé sa démission et m’a proposée de reprendre son poste ! J’ai dit oui car l’organisme me passionne. J’ai rapidement rencontré le président qui m’a demandé de faire une candidature officielle pour la présenter au C.A et normalement je signe la semaine prochaine pour démarrer mi-aout à mon retour de congés. Je suis contente. Le hic, c’est que je n’ai pas parlé de ma grossesse. Tout est allé si vite et est-ce que j’étais dû pour en parler alors que je n’avais même pas passé mon écho T1 ? Puis on m’a proposée, c’est pas moi qui ai postulé ? En tout cas, il me semble que je n’avais pas vraiment d’autres choix et que ça n’est pas une grossesse qui doit mettre un frein à une carrière. Il n’empêche, je vais me sentir super gênée quand dans 3 semaines, je vais aller devoir annoncer la nouvelle au président avant de partir en vacances. Si vous avez des astuces pour faire passer ce genre de news immédiatement après avoir été recrutée, je suis preneuse.

Parallèlement aux événements et à la course pour faire une candidature en bonne et dû forme, hier c’était mon écho de 12SA+6. Pour se faire, comme à chaque événement important depuis l’IAC gagnante pour petite chouette, j’ai mis ma robe de la “win”.C’est une petite robe bleue évasée qui fait sur moi un peu plus longue que sur la photo car je suis plus petite, je mets aussi un débardeur en dessous car sans rien, elle est très sexy !

robe sessun

C’est celle que je portais lors de l’IAC qui a réussi , que j’avais remis à l’écho T1 de petite chouette…puis hier ! Petite robe ne m’a pas déçue, le haricot était toujours là, en forme avec une clarté nucale tout à fait dans les normes. J’avoue qu’à côté de tous les événements au boulot, j’étais un peu ailleurs car le plus important cette semaine, c’était bien ça, mon petit jardin secret ! A propos de jardin secret, on nous a proposé une prédilection pour le sexe, nous avons refusé pour le moment, on verra par la suite.

Capture d_écran 2017-06-23 à 18.51.14

Maintenant, il me reste à me remettre de toutes les bonnes nouvelles de cette semaine et que je me repose. La semaine prochaine c’est passation avec la directrice et après je suis seule au navire avec un petit haricot à bien tenir au chaud. Il y a un peu de stress, la peur de ne pas être à la hauteur et en même temps une belle excitation 🙂

Bon w-e à vous, j’espère qu’en France, vous n’avez pas trop chaud !

(Petite chouette) a eu 11 mois

La semaine dernière, petite chouette a eu 11 mois,  en même temps que la petite ourse de Madame Ourse d’ailleurs.

Le temps passe si vite et encore plus depuis qu’on sait que très probablement elle sera grande soeur à la fin de l’année. Parfois j’ai peur de ne pas avoir assez le temps de profiter d’elle seule, parfois je me demande comment on va trouver l’énergie d’en avoir un deuxième si rapproché. Ce sont des sentiments normaux je pense et j’essaie (tant que faire se peut avec mon caractère) de rester un peu dans le présent. J’ai donc bien envie de faire un petit point sur elle à ses 11 mois pour me poser et profiter.

Petite chouette est un bébé qui nous fait craquer, est très vivante et qui a un fort caractère : elle sait déjà bien faire comprendre ce qu’elle veut. J’en suis assez fière même si bien-sûr c’est parfois fatiguant. Je m’en rends compte surtout quand je compare aux autres bébés de son âge qui ont l’air plus calmes. A côté de ça, elle a un vrai côté tendre et a beaucoup besoin de câlins, surtout de moi pour le moment. Elle a élu comme doudou une peluche baleine à qui elle fait de gros câlins, ça me rappelle moi petite et je fonds.

Côté moteur, elle fonce à 4 pattes, tiens debout à une main un bon moment mais n’arrive pas encore à se mettre debout toute seule ce qui l’énerve et la vexe un peu j’ai l’impression. Elle dit bye bye et frappe dans ses mains pour s’applaudir ! Elle adore qu’on lui lise des livres. Côté parole, pas vraiment d’avancées pour le moment, j’ai bien hâte de l’entendre dire quelques mots. A la maison, ses grandes passions, c’est d’ouvrir le garde manger et de nous re-ranger toutes les conserves ou encore attraper les échalotes et les décortiquer. La moitié de notre salon est consacrée à son aire de jeux, elle y joue un peu mais dans l’ensemble ce qu’elle aime, c’est être proche de nous, elle nous suit partout !

A la garderie, ça se passe correctement, je ne suis pas ultra fana de la gardienne (ça s’appelle comme ça au Canada) mais comme elle y va que 3j par semaine, ça nous va pour le moment. La très bonne nouvelle de ce côté là c’est que mi-aout, petite chouette va pouvoir commencer la crèche et j’aime beaucoup leur approche pédagogique (les places sont rares par contre, on a eu de la chance).

Le petit point noir, ce sont les repas le soir, elle est souvent fatiguée et grognon. Elle a  compris je crois que ça me stressait quand elle mangeait pas donc elle est souvent pas évidente. Je me casse un peu la tête pour lui trouver quoi faire à manger. Pour le moment, c’est souvent des soupes et elle aime bien avoir quelques morceaux avec. Il y a très peu de petits pots ici (ou alors pas équilibré du tout genre avec du sel et du sucre dedans) donc avec mon mari on cuisine presque tout, je trouve que c’est de l’ouvrage et c’est pas toujours récompensé ! On essaie de prendre les recettes de Christine Zalejski, c’est le meilleur rapport temps/qualité que j’ai trouvé pour le moment et on fait des grandes portions (exit le baby cook donc!).

Enfin côté sommeil pour conclure, ça se passe vraiment bien, elle se réveille peu la nuit, parfois elle fait des petits cauchemars mais se rendort rapidement  toute seule et ce depuis ses 3 mois. Ca nous permet de bien récupérer et surtout moi de bien prendre des forces pour le lendemain car je suis toujours dans ma période d’hyperfatigue + nausées.

le mois prochain: 1 an !!